Je voudrais… mon Propre Tartan!

Je voudrais… mon Propre Tartan!

Après plusieurs voyages en Ecosse, on s’est dit que cela serait sympa d’avoir une petite touche écossaise dans notre intérieur, notamment un beau plaid tartan pour faire « coorie » et remplacer nos vieilles couvertures synthétiques.

Nous avons donc commencé à prospecter sur le net et avions notamment jeté notre dévolu sur des belles pièces soldées de Begg & Co qui mêlaient laine d’agneau (lambswool) et angora ; ce qui est un bon compromis pour une main douce mais aussi moins onéreux qu’un plaid 100% cachemire où on atteint facilement les 600 €.

Mais nous n’arrivions pas à nous accorder sur la couleur de la pièce aussi ce projet d’achat a été mis un peu de côté.

J’ai commencé à effectuer entre temps des recherches sur les origines du Tartan et sa signification historique et culturelle et c’est ainsi, que j’ai découvert Kinloch Anderson, une institution dans le domaine.

Poursuivre la lecture de « Je voudrais… mon Propre Tartan! »

Je voudrais… "un bonhomme de neige…" non, un Tartan!

Je voudrais… "un bonhomme de neige…" non, un Tartan!

Promis on ne vous parlera pas que de Tartan sur ce blog. Mais on l’aime le tartan. C’est beau un tartan. Aussi bien sur un vêtement qu’en décoration dans un intérieur.

Qui n’a jamais eu envie de s’offrir une écharpe tartan en lambswool ou cachemire en débarquant à Edimbourg?

J’ai d’ailleurs mis un peu de temps à comprendre ce que représentait vraiment un tartan. A ce propos, je vous recommande  l’excellent ouvrage « The Secret Life of Tartan » de Vixy Rae si vous souhaitez en savoir plus son histoire dans toutes ses composantes.

C’est un peu plus qu’un simple motif, qui d’ailleurs n’est pas exclusif à l’Ecosse. Mais il n’y a qu’en Ecosse qu’il a pris une telle signification culturelle avec les clans.

Aujourd’hui on trouve effectivement dans les tartans modernes toutes les couleurs. Mais originellement les tartans étaient teintés avec des pigments naturels trouvés dans la nature environnante. Le tartan en disait donc parfois autant sur le groupe de personnes qu’il était censé désigner que sur l’endroit où ils vivaient.

Poursuivre la lecture de « Je voudrais… "un bonhomme de neige…" non, un Tartan! »